Pour une brève histoire de l’origine des défilés de mode

Les défilés de mode sont une invention des dernières décennies du XIXe siècle. Avant cela les dernières nouvelles de la mode circulaient en Europe à travers la presse spécialisée, les gravures, les peintures que montraient les dames, et les poupées. Accompagnées d’un garde-robe complet et parfois réalisées en taille réelle les poupées – comme c’était appelez les poupées mannequins – c’était l’instrument dont les ateliers de coutures se servaient pour présenter au public leurs créations ou pour les faire défiler à l’intérieur de leurs ateliers.

Le premier à révolutionner le traditionnel moyen de communiquer les dernières nouvelles de la mode a été Charles Frederick Worth. Considéré comme le père de l’Haute Couture. Worth introduisit des innovations – l’utilisation de top-modèles, le concept de collection, l’étiquette signée – qui lui avaient permis de s’affirmer comme le premier trend setter. Contrairement au couturier, Worth non confectionnait pas les vêtements conformément les préférences des clients. Au contraire c’était lui-même arbitre de bon goût.

Les défilés représentent donc le signe du profond changement des moyens de produire la mode qui s’est réalisé avec le passage de l’habite d’atelier identifié comme un produit exclusif effectué sur commande confectionné en un seul exemplaire, au habite d’atelier créé pour une clientèle nombreuse – Worth habillait les dames de l’haute société européenne et américaine – et, par conséquent réalisé recourant à la standardisation de certaines parties de la robe limitant la liberté de choix du tissu à une gamme restreinte de variantes, accordant aux garnitures la tâche de rendre chaque habit différent de l’autre.

Pendant les années de la Belle Epoque le défilé a adopté un nouveau langage pour communiquer les dernières nouvelles de la mode. En 1912, Paul Poiret organisa une tournée dans les principales capitales européennes pour présenter ses modèles. Cette expérience a été répétée l’année suivant aux États-Unis. Pour la première fois le défilé sortait de l’atelier pour devenir un événement impressionnant qu’exige spécifiques compétences. Pour tout le XXe siècle, l’Haute Mode parisienne a organisé des défilés-spectacle pour lesquels ont été produites des collections spécifiques, différentes de celles réalisées pour la vente.

En Italie l’histoire des défilés débute avec le défilé organisé par Giovanni Battista Giorgini en 1951 à Florence. Jusqu’alors les défilés s’étaient effectués dans les ateliers, sur passerelles de qualité – comme celles misées en place dans les théâtres ou à l’intérieur des grands magasins – mais la mode italienne, avec quelques exceptions, ne s’était pas encore lancée au-delà des frontières nationales. Au défilé du 1951, en revanche, pour la première fois assista au défilé un choisi public étranger composé de journalistes et acheteurs des principaux Department Store américains. Pour la mode italienne le 1951 fut l’année de la conquête de la légitimité international.

Like & Share:

Laisser un commentaire